François Régis Hutin

Partagez:

J’ai rencontré François Régis Hutin deux fois sans deviner à qui j’avais affaire… Ancien président et directeur général de Ouest-France, journaliste, grand reporter et humaniste, il nous a quitté ce dimanche soir 10 décembre 2017.

La première fois en sortant d’une messe, je connaissais son fils Paul avec qui je partage l’amitié pour Haïti, alors il m’a présenté son papa.

La deuxième fois au siège de Ouest-France pour lui présenter en avant-première mon film “Le pain des tropiques”, financé presque entièrement par la générosité des lecteurs de Ouest-France, autant dire par les choix de François Régis, de Paul et de l’association Ouest-France Solidarité qui gère les dons fait au journal. J’étais très impressionné, par le site de Ouest-France aux abords de Rennes, la qualité de l’accueil, et bluffé par la présence et l’écoute de cet homme que je devinais d’une grande force de caractère, m’expliquant le plus simplement du monde, pourquoi son journal est une simple association loi 1901.

Entre ces deux rencontres, il s’est passé beaucoup de choses. Il y a eu le séisme du 12 janvier 2010 en Haïti, un premier voyage avec mon ami Jacques de Champchesnel pour retrouver Francklin Armand et quelques amis haïtiens, au milieu des décombres de Port-au-Prince. Paul Hutin a vu le petit film ramené, et l’idée s’est imposée immédiatement : réaliser un documentaire qui montre le courage des paysans haïtiens relevant le défit de nourrir l’Île et de reconstruire. J’en ai parlé à Pierre Watrin responsable de la programmation documentaire de France Ô qui a suivi aussi.

François Régis Hutin, profondément touché par la situation des Haïtiens, percevait que les images de catastrophe et d’aide humanitaire diffusées sur nos médias occidentaux, risquaient d’effacer le travail des haïtiens tissé courageusement ces trente dernières années. Il fallait être solidaire, mais pas pour se donner bonne conscience dans un instant d’émotion. S’il avait eu la santé et la force, il serait partit immédiatement en Haïti travailler avec les paysans haïtiens. Notre rencontre tombait bien…

Le tournage a duré un mois en compagnie de Philippe Teller agronome et des mouvements paysans agro-écologiques haïtiens, le Gadru et Paded, en plein cyclone, épidémie de choléra et crise politique. Un an après, le jour anniversaire du séisme, le film était diffusés sur France télévision lors d’une soirée spéciale Haïti. “Le pain des tropiques” a été ensuite doublé en espagnol avec un financement de Misereor, à la demande des mouvements paysans haïtiens pour encourager leurs “collègues” d’Amérique Latine. Sélectionné par le festival “Alimenterre”, le film a fait aussi des centaines de projections/débats un peu partout en France et à l’étranger, aussi en Afrique et Madagascar, sur le thème de l’indépendance alimentaire et des enjeux agro-écologiques.

Le plus fort dans l’affaire, c’est les liens qui se sont tissés d’un continent à l’autre, entre paysans.

Merci François Régis !

Voir la bande annonce et les commentaires : https://www.filmdoc.fr/le-pain-des-tropiques-film/

Poster un Commentaire

avatar

Panier

Le film en cours