« Le choix de la musique est déterminent pour un film documentaire. Avec les budgets restreints, elle est souvent composée et interprétée sur un simple clavier d’ordinateur. Pour accompagner l’émotion et la découverte du réel, le compositeur va devoir faire des prouesses et le réalisateur de grosses concessions… »

Eric SIMON, compositeur et ingénieur, inventeur du « Touché »

La musique originale du film documentaire « Cobra la percée » est tellement efficace, en symbiose avec l’élan des protagonistes qu’on la remarque à peine, pourtant c’est elle qui rend le film différent… La musique a été composée et interprétée par Eric SIMON sur un périphérique audio totalement inédit à l’époque, devenu aujourd’hui l’outil indispensable des compositeurs de musique électronique.

Voici l’histoire du « Touché » et pourquoi la musique de « Cobra la Percée » est si originale…

Le numérique offre des possibilités créatives infinies en matière musicale, mais il fallait compter avec les limites du clavier sous les doigts. Pour rendre la musique électronique expressive, l’artiste doit déployer des trésors d’inventivité et d’abstraction, à grands renforts de logiciels, de périphériques, de câbles et de soudures… et y consacrer beaucoup de son temps…

Avec le Touché, « plug en play », l’expressivité est immédiate, sous les doigts, intuitive et spontanée. Le périphérique audio devient un véritable instrument de musique, capable de sculpter les sons en contrôlant l’effet directement à l’oreille et au touché, avec les sens et le coeur… Le logiciel couplé au Touché, baptisé « Lié », permet de choisir en amont la matière à sculpter, grâce à une banque d’échantillons sonores de grande qualité. Il est possible de travailler à l’infini l’incidence des gestes de la main gauche sur la touche. Sous la main droite, le clavier numérique reste dans son rôle de choisir les notes.

L’objet n’est pas qu’une simple surface tactile couplée à l’informatique, c’est de la mécanique embarquée, précise et étonnante de réactivité. Sur une large touche en bois naturel, vous pouvez glisser, appuyer, vibrer, tapoter… jouer de l’archet, du tamtam ou du cor de chasse… C’est puissant, intuitif, addictif…

Mais ce bel « outil » n’est pas tout à fait une nouveauté car il s’inscrit au carrefour de deux histoires, celle d’Eric Simon jeune ingénieur et compositeur, et celle du musicologue Maurice Martenot (1898-1980), à l’origine du plus ancien instrument de musique électronique: « l’Onde ».

Dans la foulée de « l’Onde Martenot ».

De grands compositeurs comme Olivier Messiaen ont dédiés des oeuvres entières à l’Onde Martenot devenue dans les années 60 un symbole de la modernité.

Maurice Martenot voulait que son instrument puisse permettre à l’interprète d’exprimer sans contraintes son élan vital intérieur. A force de perfectionnement, l’Onde devient tellement capable d’exprimer, qu’elle séduit nombre de cinéastes, artistes et compositeurs, et tellement aisée à jouer qu’elle devient un outil de prédilection en thérapie musicale.

Malheureusement, l’onde Martenot n’est plus fabriquée aujourd’hui, en peine des secrets et de la personnalité de son inventeur disparu, les performances des Ondes en activité diminuant…

Etudiant, Eric Simon invente « le Touché ».

Eric Simon, encore étudiant à l’UTC de Compiègne, répondant à une offre de stage du laboratoire Julio et Marie Curie de la Sorbonne, s’est penché avec passion sur le problème. Il a tout simplement inventé un principe mécanique permettant de retrouver les caractéristiques uniques de la touche d’expressivité de l’instrument de Maurice Martenot. Cette nouvelle invention ouvrait des perspectives inédites qui deviennent un vrai projet muri longuement avec son ami Victor Grimaldi, étudiant UTC lui aussi.

Eric Simon bat le clavier depuis toujours… Initié à l’école de musique de sa commune, tous ses temps libres sont consacrés à la musique, avec ses amis derrière guitares et micros, et sur un clavier de synthétiseur relié à un vieil Atari. Encore lycéen, il compose ainsi les musiques de plusieurs films documentaires réalisés par son père Bernard Simon.

L’enfance et la vie familiale d’Eric est marquée par l’Afrique, les voyages, la création, les instruments de musique et les copeaux de bois… car entre deux films son père restaure et fabrique des violons. C’est dans l’atelier familial que le futur diplômé de l’UTC concrétise un premier prototype en érable, couplant une carte numérique à un principe mécanique génial.

Il faudra ensuite quatre années laborieuses, au « Centquatre » à Paris, puis à Montreuil dans une pépinière d’entreprise, pour franchir les étapes qui permettront la commercialisation du « Touché » : Dépôt de brevets, travail du concept, création de la startup Expressive E avec Victor Grimaldi puis Alexandre Bellot, appels de fonds, fabrication des prototypes, suivis des essais avec des artistes internationaux, embauche d’une quinzaine de personnes, design de l’objet, développement du software, mise en production…

Aux Etats-Unis, aux NAMM 2015 et 2016 plus grand salon de l’industrie musicale, l’invention se fait connaître. Aujourd’hui vous trouvez le Touché chez tous les revendeurs de périphériques audio.

La toute première création musicale du Touché sera pour le film « Cobra la Percée ».

« Le défit de la musique pour le film « Cobra la percée » consistait a accompagner un travail sur la mémoire d’un évènement traumatisant. En écoutant les témoignages, j’ai essayé de me mettre dans la peau des personnes pour approcher dans la musique, les sons, les ambiances et les émotions encore vivants soixante dix ans après. » Eric SIMON

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

TOUT SAVOIR SUR LE PROCHAIN FILM
Recevez la Newsletter, les bandes annonces et bien d'autres choses...
Vos informations restent confidentielles.